Hépatite syphilitique: Une manifestation peu commune d'une maladie commune | Milleur beauty

Rapport de cas

Un patient de trente-neuf ans présenté au service des patients externes de médecine (OPD) avec des plaintes de fièvre de bas grade, d’anorexie, de malaise et de douleur dans le haut de l’abdomen d’une durée d’un mois avec des urines de couleur foncée d’une durée de 10 jours. Le patient a des antécédents de consommation quotidienne de 40 à 50 grammes d’alcool au cours des 3 dernières années. Il n’y avait aucun antécédent d’abus de drogues ou de transfusion sanguine.

L’examen a révélé la présence d’ictère présentant des signes vitaux normaux. L’examen par abdomen a révélé une hépatomégalie ferme et non sensible de 2 cm sans splénomégalie ni ascite.

L’analyse biochimique a révélé des valeurs accrues de bilirubine sérique de 3,5 mg / dl (normale de 0,0 à 1,5 mg / dl), d’alanine transaminase sérique (ALT) de 357 UI / ml (normale < 50), d’aspartate transaminase sérique (AST) de 175 UI/ ml (normale < 45) et la phosphatase alcaline sérique 536 UI / ml (normale 20-135). Le dépistage des hépatites A, B, C et E était négatif. L’abdomen échographique a révélé une hépatomégalie avec une envergure hépatique de 16,4 cm avec une échotexture normale. La cholangio-pancréatographie par résonance magnétique (MRCP) a confirmé une hépatomégalie sans lésion occupante d’espace, une adénopathie ou une cholestase extra-hépatique.

On pensait que le patient avait une hépatite aiguë probablement due à l’alcool ou à des virus non hépatotropes. Étant donné que le patient présentait une récupération clinique avec régression de la bilirubine sérique (1 mg / dl), de l’AST (90 UI / ml) et de l’ALT (152 UI / ml), mais avec une augmentation de la phosphatase alcaline (711 UI / ml), le patient a été invité à revoir après 1 mois avec le plan de réalisation d’une biopsie hépatique après la résolution de la phase aiguë.

En faisant son rapport, il a présenté à la dermatologie un OPD avec une éruption cutanée qui démange intensément. L’examen a révélé de multiples papules et plaques érythémateuses sur le cou, le tronc, les paumes et la plante des pieds. Le signe de Buschke Olendroff était positif. Il y avait une adénopathie inguinale bilatérale, non tendre et lancinante, une congestion du palais mou et de la paroi postérieure du pharynx. L’examen génital, rectal, ophtalmique et auditif était normal.

Un fichier externe contenant une image, une illustration, etc. Le nom de l'objet est IJD-59-209e-g001.jpg

Macules et papules érythémateuses écailleuses sur les deux paumes

Un fichier externe contenant une image, une illustration, etc. Le nom de l'objet est IJD-59-209e-g004.jpg

Macules et papules érythémateuses sur le dos

Un fichier externe contenant une image, une illustration, etc. Le nom de l'objet est IJD-59-209e-g002.jpg

Congestion du palais mou

Un fichier externe contenant une image, une illustration, etc. Le nom de l'objet est IJD-59-209e-g003.jpg

Macules et papules érythémateuses sur le cou

Le patient a eu des antécédents de rapports hétérosexuels non protégés répétés avec plusieurs partenaires au cours des deux dernières années. Il n’y avait aucun symptôme suggérant une maladie sexuellement transmissible.

Un diagnostic provisoire de syphilis secondaire avec hépatite syphilitique a été posé. VDRL titre était 1:16 et le TPHA était positif. La biopsie du foie suggère une hépatite syphilitique présentant une architecture hépatique maintenue avec une hyperplasie des cellules de Kupffer, une infiltration lymphocytaire et neutrophile des voies portales avec un infiltrat neutrophile léger dans les lobules hépatiques et aucune nécrose, granulome, gumma ou Treponema pallidum. La tache de réticuline a révélé une fibrose précoce autour des voies portales. ELISA pour le VIH était négatif. La tomographie par émission de positons (TEP) a révélé une hépatomégalie et la présence de ganglions lymphatiques iliaques rétropéritonéaux, hilaires, médiastinaux, axillaires bilatéraux, inguinaux et externes. Le patient a été traité avec 3 doses de benzathine pénicilline intramusculaire de 2,4 millions d’unités, administrées chaque semaine. Il est devenu asymptomatique avec la résolution du prurit et des découvertes mucocutanées. Il y a eu normalisation des valeurs sériques de bilirubine, d’ALT, d’AST et réduction de la phosphatase alcaline (383 UI / ml).

Un fichier externe contenant une image, une illustration, etc. Le nom de l'objet est IJD-59-209e-g005.jpg

Kupffer cell hyperplasia, lymphocytic and neutrophillic infiltration of portal tracts with mild neutrophillic infiltrate in hepatic lobules

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.