Minerais de conflit au Congo

Dans un nouveau rapport et une carte web, DIIS et le Service International d’Information sur la paix (IPIS) présentent leurs données actualisées sur les conflits armés et l’ingérence armée dans le secteur minier artisanal de l’est de la RDC. S’appuyant sur de nombreuses données, recueillies au cours des dix dernières années, le rapport évalue l’impact des initiatives d’approvisionnement responsable en RDC, conçues pour lutter contre l’ingérence armée dans les chaînes d’approvisionnement en minéraux. Le rapport montre que les efforts d’approvisionnement responsable ont en effet amélioré la sécurité personnelle de groupes de mineurs artisanaux dans plusieurs provinces. Cependant, il s’agit de gains relativement fragiles et les problèmes sous-jacents restent inchangés.

L’IPIS établit également que la plupart des conflits armés semblent être sans rapport avec les activités minières. L’ingérence armée dans l’exploitation minière artisanale concerne souvent plutôt des « rackets de protection » illégaux, tandis que les affrontements armés ont lieu en grande partie ailleurs et pour d’autres enjeux. Néanmoins, ces rackets de protection contribuent à l’insécurité générale dans l’est de la RDC et stigmatisent davantage la région comme une zone impossible à mener des activités éthiques responsables.

Les données de l’IPIS sur les barrages routiers montrent que l’exploitation minière artisanale n’est qu’une des nombreuses sources de financement des acteurs du conflit dans l’est de la RDC. En outre, les recherches sur les barrages routiers démontrent que les acteurs armés n’ont pas besoin d’avoir un contrôle direct sur les sites miniers pour bénéficier du secteur minier artisanal. L’IPIS note un schéma cohérent selon lequel l’armée érige systématiquement des barrages routiers à une certaine distance des mines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.